Léa a peur d’être abandonnée

Il était une fois… Léa. Léa vivait avec Loïc depuis dix ans. Ils avaient une maison en campagne, un chat et étaient heureux ensemble mais Léa ne supportait pas que Loïc soit en compagnie d’autres femmes. Quand Loïc, boulanger, avait acheté sa boulangerie, elle avait décidé d’arrêter son métier pour s’occuper de la vente. Les jours où elle devait s’absenter, Léa s’affolait. Et si une cliente arrivait pour lui faire du charme et lui voler son mari, et si elle se retrouvait seule ? Les pires scénarios se déroulaient dans sa tête.
Si au début, Loïc trouvait cette situation plutôt gratifiante, il vint un temps où la lassitude le remplit.

     Un jour, il proposa à Léa de retrouver son emploi d’avant. Léa était artiste peintre et professeur d’arts visuels.
– Tu ne veux plus être avec moi, c’est ça ?
– J’aimerais que l’on retrouve notre espace de liberté. On est trop souvent l’un sur l’autre, j’ai besoin qu’on s’éloigne pour qu’on ait du plaisir à se retrouver.
– Tu veux me tromper ?
– Non, je veux continuer à t’aimer, pas à te supporter.
– En amour, on peut être toujours ensemble tout en s’aimant, moi j’ai besoin de toi, et je ne me lasse pas d’être toujours avec toi.
– Tu as peur Léa, ce n’est pas pareil.

     Loïc partit et Léa se mit à pleurer. Loïc allait l’abandonner, elle aurait dû s’en douter. Léa se mit à trembler. Non, elle ne pouvait pas reprendre son métier d’artiste, non elle ne pouvait pas s’éloigner de son Loïc. Et puis s’il faisait un enfant, alors Loïc ne l’aimerait plus. Loïc ne la verrait plus comme sa femme, mais comme la mère de ses enfants et c’était tout. Non, elle ne pouvait pas avoir d’enfants comme le lui demandait Loïc souvent. Elle avait vu tellement de couples se déchirer à cause des enfants, divorcer.

      Les jours passèrent et Léa devint de plus en plus anxieuse. Elle observait son mari dés qu’ils sortaient, l’espionnait. Léa avait perdu toute confiance. Quand Loïc s’en aperçut, il lui demanda d’arrêter, mais Léa continuait.
La peur de l’abandon de Léa avait été réactivée par la demande de Loïc. Quand elle était enfant, son père partait régulièrement toute la semaine, revenait le week-end fatigué et ne se souciait pas de sa fille. Léa s’était sentie abandonnée, délaissée. Alors, elle n’avait pas suffisamment d’importance pour qu’il rentre chaque soir.

     Le mal-être de Léa continua jusqu’à ce qu’un jour, elle tombe malade. Loïc resta à son chevet, Léa se sentit en sécurité. Loïc fit venir plusieurs médecins, mais aucun ne trouva la cause de son mal. Un jour, Loïc eut l’idée de faire intervenir le médecin qui avait suivi Léa durant son enfance. Le Docteur Rémy était désormais à la retraite, mais il avait accepté de venir voir Léa. Il l’ausculta quelques instants puis lui parla.

 –  Il faut que tu apprennes à accepter les choses telles qu’elles sont Léa. Ton papa avait un travail très prenant qui l’obligeait à partir la semaine. Il voulait t’offrir le meilleur, c’était sa façon à lui de t’aimer. Il travaillait pour rapporter de l’argent. Tu avais tellement de valeur à ses yeux qu’il avait peur de manquer pour toi. Réconforte l’enfant que tu as été, Léa, et dis-lui que son papa a fait tout ce qu’il a pu avec ce qu’il était.
Léa fut surprise d’entendre ces mots. La nuit même, Léa rêva. Elle se trouvait dans un bain de lumière et on lui susurrait à l’oreille de s’aimer, qu’elle était importante, qu’elle était cette merveille arrivée sur terre. Elle était ce miracle de la vie qu’est une naissance.

Le lendemain, Léa réussit à se lever, les jours suivants, elle se remit à peindre. Elle peignit cette  peur. Elle était d’un rouge sombre qui lui donnait des suées mais Léa décida de la regarder en face. Elle comprit pourquoi elle ne réussissait pas à vendre ses œuvres. Elle avait si peur d’être abandonnée, qu’elle se cachait derrière des techniques qui ne lui ressemblaient pas, se perdait dans des œuvres trop loin de son univers et de son âme.

Quelques semaines plus tard, Léa reprit son métier de professeur d’arts visuels. Léa s’acceptait désormais telle qu’elle était, avec ses peurs du moment. Léa vendit ses premières œuvres. Léa prit de plus en plus confiance en elle et consentit à se livrer complètement à travers son art. Ses œuvres devinrent de plus en plus atypiques et différentes. Plus elle s’assumait, plus elle vendait. Loïc était fier et heureux d’avoir retrouvé Léa. Son amour put s’épanouir de nouveau.

 CopyrightFrance.com Copyright 2019-2020


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s