Les talents de Justine

   

Injuste vie pense Justine

     Justine a 13 ans, elle va au collège, a des amies, de bonnes notes à l’école, mais Justine ne peut s’empêcher d’être jalouse. Diane a de magnifiques cheveux, Manon fait craquer tous les garçons, Eglantine a des parents trop drôles. Justine les envie et se dit que cela doit être bien d’être à leur place. La vie est injuste. Justine se trouve fade, a des cheveux normaux, des parents normaux et n’a encore jamais eu de petits copains. Vraiment, elle n’a pas beaucoup d’intérêt.

Justine se plaint beaucoup, ses notes baissent. Elle essaye de faire comme ses amies. Elle observe Manon pour voir comment elle attire tous ces garçons. Manon est souriante et bavarde. Justine cherche des sujets de conversation et s’entraîne seule chez elle, mais une fois devant les garçons, elle n’a plus rien à leur dire. Justine se sent nulle.

Les jours et les mois passent. Justine a quinze ans et n’a encore jamais eu de petits-amis. Elle se considère désormais comme une grosse nulle. Oui, elle ne vaut pas grand-chose, se dit-elle alors que son amie Manon est toujours autant appréciée. Elle aimerait être Manon qui sait si bien s’entourer. La vie est injuste, c’est toujours aux autres qu’il arrive des choses sympas. Elle, il ne lui arrive pas grand-chose de bien.

Pourquoi Justine a-t-elle ce sentiment ? Il faut savoir que Justine a toujours été comparée à sa cousine, de deux ans plus âgés qu’elle. Sa cousine Emilie était toujours plus douée. Emilie a marché plus tôt, Emilie avait un meilleur appétit, Emilie avait toujours des compliments de ses maîtresses. Justine a intériorisé un sentiment d’injustice qu’elle reproduit aujourd’hui.

Justine revit la même chose comme pour rendre véridique ce qui se passait dans son enfance. «  Oui Justine est moins bien qu’Emilie. »

Un jour, Justine se rend à la bibliothèque de son lycée et tombe sur un livre qu’elle ouvre au hasard.
« Tu vis exactement ce que tu dois vivre. La vie est bien faite. Si tu vis aujourd’hui de l’injustice c’est pour te permettre de guérir de l’injustice de ton enfance. »
– Pff n’importe quoi, c’est quoi ce livre pense d’abord Justine, mais elle continue tout de même de lire.

« Pour guérir, prend conscience de tous tes talents, donne-toi pleins d’amour. Tout l’amour que tu penses avoir manqué, offre-le-toi. Tu verras que les choses vont changer. »

Justine ne voit pas bien ce que veut dire se donner de l’amour.

– Se donner de l’amour c’est accepter qui l’on est avec nos qualités mais aussi avec nos limites du moment. Les limites changent et évoluent. Aujourd’hui, ta limite est de ne pas oser parler avec un garçon, plus tard cette limite n’existera plus, lui dit Mélanie la bibliothécaire qui s’était approchée d’elle. Chaque jour, chacun dépasse ses limites.
– Oui mais mes copines…
– Tes amies ont également des limites, elles sont différentes tes tiennes. C’est pour cette raison que tu ne t’en aperçois pas.
– Oui mais elles ont plus de chances que moi, moi je n’ai pas de chances.
– Tu n’as pas de chances seulement parce que tu crois que les autres ont mieux que toi. Seulement, pour tes copines , c’est toi qui a de la chance car tu as des choses qu’elles n’ont pas. On  a tous des atouts différents. Si on en prend conscience alors on a tous de la chance. Fait confiance à la vie.
– Des atouts ? Je n’en ai pas.                                                                                                        

    – Si tu le veux bien, reviens tous les jours à la même heure, je t’aiderai à en prendre conscience.

Justine hésite puis accepte.  Elle n’a rien à perdre et puis elle apprécie la bibliothécaire.

Les jours passent. Mélanie observe beaucoup Justine, lui propose qu’elle l’aide à la bibliothèque. Tous les jours, la bibliothécaire pointe du doigt tout ce que Justine réussit, tout ce qu’elle apporte à la bibliothèque.

-Tu as donné envie à Geoffrey de lire ce roman alors qu’il n’aime pas lire, lui dit un jour Mélanie. Avec ta douceur et ta patience, il s’est laissé tenter. Il s’est senti compris, lui qu’on a sûrement beaucoup pointé du doigt car il n’était pas très bon élève. C’est une très belle qualité que d’être empathique.

     Plus les jours passent, plus Justine se sent en confiance.

      Elle s’investit dans la danse, oublie sa timidité. Elle crée des danses avec ses amies, lit des romans qui la passionnent et les partage avec les autres élèves à la bibliothèque. Elle se concentre sur ce qu’elle aime. Justine s’amuse, se découvre même une passion pour le théâtre. Si elle ne sait pas quoi dire aux garçons, sur scène elle se transforme. Justine s‘amuse car elle fait des choses qu’elle aime. Elle se sent à sa place et tant pis pour les garçons, ils ne savent pas ce qu’ils ratent, se dit-elle en souriant.

Un jour son amie Manon vient la voir.

– Comme tu as de la chance, tu es douée pour le théâtre et la danse, moi je n‘ai pas de talents.

Alors Justine repense à ce livre, à tout ce chemin parcouru. Mélanie avait raison.
-Tu as pleins de talents, mais ils sont différents des miens. Et si on allait à la bibliothèque? J’ai quelqu’un à te présenter.

Justine accompagne Manon à la bibliothèque. Justine est fière de tout le chemin qu’elle vient de parcourir.

Désormais, Justine sait qu’elle doit se concentrer sur ses qualités plutôt que sur ses limites.

 CopyrightFrance.com Copyright 2019-2020


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s