Harcelée

    C’est l’histoire de Mélanie, une jeune femme au sourire ravageur. Toujours le sourire, toujours de bonne humeur. Mais voilà, ce sourire fut un jour terni par l’idiotie d’un petit ami.

     Mélanie sortait avec Jordan depuis quelques semaines quand celui-ci lui demanda de la prendre en photo, de prendre ses seins en photo. Mélanie a d’abord refusé, Jordan lui a dit qu’il la quitterait, que toutes les filles populaires faisaient ça pour leur copain, Mélanie a accepté.

     Le soir même, Jordan s’est empressé de mettre la photo sur les réseaux sociaux. Mélanie s’est sentie trahie. Honteuse, elle a pleuré durant des heures. Qu’allait-on dire ? Et si ses parents voyaient cette photo ? Son corps, ses seins, elle se sentait bafouée.

     Le lendemain, au collège, tout le monde ricanait dans son dos. Humiliée, Mélanie s’est cachée dans les toilettes. Elle a attendu la sonnerie pour en ressortir. Elle est restée là un moment avant que la porte ne s’ouvre. C’était Laurent le surveillant. Mélanie a pensé qu’il allait l’envoyer dans le bureau de la CPE mais Laurent s’est installé à côté.

– Je vais te raconter une histoire Mélanie. Quand j’avais ton âge, je n’étais pas le grand gaillard que je suis là. Au collège, on se moquait de moi car j’étais petit avec des boutons. Je pleurais tous les soirs. Et puis un jour, un surveillant du collège est venu me parler, comme je le fais et il m’a dit de rire avec eux, d’aller dans leur sens, d’apprendre à avoir de la répartie. Je me suis mis au théâtre. Je me suis redressé. Quand les autres me traitaient de boutonneux, je répondais : C’est vrai que j’ai trop de boutons, on dirait une calculatrice. Les autres ont été tellement surpris qu’ils ont fini par arrêter. C’est drôle de dire des méchancetés quand cela embête l’autre mais quand cela ne lui fait rien, il n’y a plus d’intérêts. Peu importe les raisons qui t’ont poussée à te cacher dans ces toilettes, sache que tu es forte et que tu es capable de dépasser cette épreuve.

    Mélanie se mit à pleurer. Elle laissa couler la honte, l’humiliation.

– Tu mérites le meilleur. Ce surveillant m’a soutenu tous les jours. Par ses paroles rassurantes, parce que je sentais que je pouvais lui parler, je m’en suis sorti et aujourd’hui je me sens fort. Je peux être là si tu as besoin de parler.

     Mélanie remercia Laurent et repartit en classe. Quand elle rentra, elle vit les sourires en coins, les mains sur la poitrine et elle sourit à son tour.

    Durant la pause, un groupe de garçons se rapprocha.
– Gros nichons. Pétasse.

    Mélanie sortit son plus beau sourire.
– Grave, ils sont gros mes seins.

    Les garçons repartirent surpris. Mélanie décida d’assumer cette erreur. Désormais, elle savait qu’elle n’avait pas à faire des choses dégradantes pour un garçon, que le chantage n’était pas de l’amour. Mélanie choisit de se mettre au théâtre et de faire des choses qu’elle aimait. Il était important qu’elle se sente bien. Elle rencontra de nouvelles personnes qu’elle appréciait.

    Au collège, quelques groupes de filles et de garçons essayèrent de la déstabiliser encore quelques jours avant d’arrêter, voyant que Mélanie leur répondait avec un grand sourire.

     Si toi aussi, tu es victime de harcèlement, sache que tu n’es pas seul, il existe des solutions. Ne laisse personne te faire croire que tu es moins bien. Tu es une personne merveilleuse.

Il existe des numéros pour trouver de l’aide:

30 20: stop au harcèlement

119: service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger.

Ces numéros sont anonymes, gratuits et confidentiels.

 CopyrightFrance.com Copyright 2019-2020


Laisser un commentaire