L’amour et la passion au cœur de soi

De la solitude au cœur qui vibre

Julie était une jeune femme qui restait souvent chez elle, seule. Elle se disait solitaire, mais parfois la solitude se faisait trop sentir. Elle se rendait alors sur la place du marché pour sentir la présence humaine autour d’elle.

Un jour, alors qu’elle s’était rendue pour la troisième fois sur la place, elle comprit que cette solitude lui pesait.

A peine le réalisa-t-elle qu’elle se mit à pleurer. N’était-elle pas assez aimable, n’avait-elle aucune valeur pour ainsi se retrouver autant seule ?

Les jours passèrent, Julie ne savait pas comment sortir de cette solitude.

– Ose sortir de ta maison pour faire des choses que tu aimes, lui dit un petit oiseau bleu qui s’était posé à sa fenêtre.
– Je ne sais pas exactement ce que je peux faire.
– Il existe non loin d’ici un lieu avec toutes sortes d’activités. Tu pourras choisir et tester ce qui te fait vibrer mais pour s’y rendre, tu dois emprunter un chemin tantôt pentu, tantôt détérioré.
– Je ne serai jamais capable de m’y rendre.
– Tout est une histoire de croyance, si tu penses réussir alors tu réussiras.

Sur ces paroles, le petit oiseau bleu s’envola.

Julie resta songeuse et laissa couler le temps. La peur l’empêchait de trouver ce lieu.

Et puis, par un beau jour ensoleillé, Julie décida de tenter ce chemin. Elle se sentait prête. Julie partit et le trouva rapidement. Il était sinueux et rempli de brouillard. Julie pensa à reculer mais la perspective de rentrer seule chez elle l’incita à poursuivre.

– Les autres vont te trouver nulle et sans intérêt… on va se moquer de toi comme lorsque tu étais adolescente…

Ces mots résonnèrent. Julie resta comme pétrifiée, incapable d’avancer.

– Tu vas y arriver, lui dit le petit oiseau bleu, tu vas faire ce que tu aimes, tu vas mettre de la joie, de la passion dans ta vie et tu pourras partager avec d’autres.
– Et si les autres me rejettent ?
– Et s’ils t’aiment ?
– Je ne peux pas y aller, je ne peux pas prendre le risque.

Julie était autant angoissée à l’idée qu’on l’aime ou qu’on la rejette. Son cœur s’était un jour fermé, et elle avait si peur de le rouvrir, si peur que la douleur irradie de nouveau son corps.

– A jamais, tu finiras seule, à jamais tu ne réussiras. Toutes ces voix qui résonnaient, toutes ces douleurs qui remontaient. Julie pleura. Elle ne pouvait pas continuer, son cœur avait si mal.

Julie pleura tant qu’une mare de larmes se forma rapidement. Un cygne majestueux vint bientôt s’y poser.

– L’amour est en toi, il a toujours été en toi. Il n’attend qu’une chose que tu le libères. L’amour cogne. Il veut se répendre en toi et autour de toi. Tu peux le récupérer, le retrouver. Tous les êtres sont faits pour vivre dans l’amour.

Les plumes du cygne formaient un cœur. L’amour au creux de ses larmes.

Julie remercia le cygne, elle sentit qu’elle avait la force pour avancer, que ces mots négatifs n’étaient que des mots, qu’elle pouvait les remplacer par tous ces encouragements. Elle décida d’avancer.

Plusieurs fois, elle faillit trébucher, mais à chaque fois elle se reprenait.

Elle poursuivait son chemin, lorsqu’un buisson épineux bloqua son passage. Il prenait toute la place.

– Je vais mourir si je traverse ce buisson, je ne vais jamais y arriver pensa Julie.
– Garde confiance, tu vas trouver une solution, les peurs se dépassent, lui chuchota le petit oiseau bleu.
– Ce buisson est beaucoup trop grand pour moi.
– Tu as toutes les capacités en toi, bien plus que tu ne le penses.

Rassurée par ces paroles, Julie réfléchit à la manière dont elle pouvait franchir ce buisson. Elle l’observa et réalisa qu’en son centre se trouvait un espace, un espace suffisamment grand pour la laisser passer. Bien sûr, les épines étaient proches mais Julie sentit qu’elle était capable de réussir. Elle avança, s’y reprit à plusieurs fois puis le traversa.

Qu’elle ne fut pas sa surprise quand elle réalisa que derrière le buisson le soleil brillait et qu’un chemin sec l’attendait.

Julie poursuivit sa route, confiante.

En peu de temps, elle arriva dans ce lieu magique avec des activités pour tous. De la danse, du dessin, de la peinture, la couture, certaines personnes se baignaient. Les gens riaient entre eux, certains mangeaient ensemble et semblaient plonger dans de profondes discussions. Julie se sentit d’abord perdue, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait faire.

– Suis ton cœur. Derrière les peurs, se trouve les choix du cœur.

Julie regarda autour d’elle, indécise quand elle aperçut une petite table avec des fils de toutes les couleurs, des tissus. Du patchwork. Assembler des tissus les uns à côté des autres. À cette seule idée, son cœur se mit à vibrer.

Julie s’assit et commença à assembler. Les minutes défilèrent.

Au bout d’un certain temps, une femme vint à sa rencontre et lui dit que son patchwork était splendide, elle aussi adorait cette activité. La femme l’invita à boire une boisson chaude. Toutes deux discutèrent et se trouvèrent de nombreux points communs.

Depuis ce jour, Julie confectionnait de magnifiques patchworks qu’elle offrait ou vendait sur le marché. Elle invitait régulièrement des amies qu’elles avaient rencontré au cours de patchwork. Elles passaient des moments à rire, à manger et à coudre ensemble pour leur plus grand plaisir.

Désormais, Julie aimait passait du temps seul pour coudre mais également retrouver ses amies. L’amour, la joie, la passion avaient retrouvé leur place au cœur de sa vie. Julie avait osé dépasser ses craintes et ses blessures pour aller vers les autres et vers elle-même.

 CopyrightFrance.com Copyright 2019-2020

What do you want to do ?

New mailCopy


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s